Embassy of Foreign Artists     

Guerreiro Do divino Amor

* 1983 à Genève, vit et travaille à Rio de Janeiro

Période de résidence: avril à juin 2020

Artiste, architecte et chercheur.

Bourse de la République et du canton de Genève

Le travail de Guerreiro do Divino Amor (1983) explore les super-fictions qu’il considère comme des forces occultes qui influencent la construction du territoire et de l’imaginaire collectif. Il construit ainsi un univers de science fiction à partir d’éléments de réalité qui prend la forme de films, de publications et d’installations. Son travail a notamment été présenté au centre d’Art contemporain de Vilnius (Lituanie), à la Fondation Iberê Camargo à Porto Alegre (BR). Ses oeuvres font partie des collections du MAR (Musée d’Art de Rio), du MAB-FAAP São Paulo (Musée d’Art brésilien) et du musée d’Art de la Pampulha (Belo Horizonte). Il est finaliste du prix PIPA d’Art contemporain brésilien 2019 et titulaire d’un master en Architecture décerné par l’école d’Architecture de Grenoble et La Cambre Architecture (Bruxelles).

Statement

Ma proposition pour la résidence de l’EOFA est de réaliser un nouveau chapitre du projet Atlas « Superfictionnel Mondial », projet mégalomane de recherche que j’ai commencé en 2005. Le projet étudie comment des fictions de différentes natures, qu’elles soient géographiques, historiques, sociales, médiatiques, politiques ou religieuses, interfèrent sur la construction du territoire et influencent l’imaginaire collectif. Au sein de chaque territoire se déploie un angle de recherche spécifique et une nouvelle super-fiction; les super-fictions dialoguent entre elles et s’incorporent l’une à l’autre. La démarche se nourrit autant de recherches iconographiques et historiques, de l’observation sociologique de terrain, des symboles de l’espace public, que de la production médiatique.

 

Le premier chapitre The Battle of Brussels décrit la guerre entre deux civlisations antagoniques, l’empire et la galaxie, pour le contrôle de la ville de Bruxelles et des âmes de ses habitants. Le deuxième chapitre SuperRio décrit un écosystème superfictionel campé dans l’effervescence hédoniste du Rio de Janeiro pré-olympique. Le Supercomplexo Metropolitano Expandido crée une machine superfictionelle de pouvoir succès et d’expansion dans l’infinie jungle de béton productiviste de São Paulo. Le quatrième chapitre La cristallisation de Brasília investigue sous un angle historique le développement du rationalisme mystique et son influence dans la construction de la narrative superfictionelle néocoloniale brésilienne.

STATEMENT

Genève et le territoire helvétique m’apparaissent comme une utopie de science fiction, un territoire mutant, naturel et profondément artificiel, à la fois idylle isolée et pièce maitresse dans le paysage géopolitique et économique mondial. Le nouveau chapitre Helvetia explore les superfictions à l’œuvre dans la construction de l’imaginaire collectif et de l’identité nationale suisse et les forces occultes qui meuvent ses entrailles. Le projet propose une réinterprétation contemporaine de la figure mythologique d’Helvetia, déesse mère symbole de l’unité suisse, et d’autres divinités allégoriques cantonales (Berna, Genava, Basilea, Tigurina Virgo, Argovia) mêlées à de nouvelles divinités (Uricha, Inanza, Nidustia, Atternhornia etc…) posant la question de quelles seraient aujourd’hui les divinités, les valeurs sacrées de la Suisse. Le projet, construit autour d’Helvetia, propose une cosmogonie helvétique: un panthéon de divinités incarnant chacune un aspect de l’imaginaire collectif suisse, ses différents territoires et leurs caractéristiques. Les robes, manteaux et parures des divinités se plissent et se fondent, formant le paysage superfictionnel du pays. Sous le manteau se trouve l’envers du décor, les interactions souterraines des divinités avec d’autres réalités parallèles hors de l’olympe helvétique. Pendant ces trois mois de résidence je me propose de commencer à construire le temple d’Helvetia où se materialiseront ces divinités allégoriques.


Année de résidence :