Embassy of Foreign Artists     

DOBROWOLSKA & ORMOND-SKEAPING

  • ART & CITOYENNETÉ

*1985, Pologne – *1987, Angleterre. Vivent et travaillent à Londres

Période de résidence : janvier à mars 2021

Lena Dobrowolska et Teo Ormond-Skeaping forment une collaboration d’artistes associant photographie, film d’artiste, réalité virtuelle, installation et recherche. Depuis 2012, ils travaillent sur de vastes projets interdisciplinaires liés à l’écologie politique, au changement climatique, à la justice climatique, aux pertes et préjudices, à la violence lente et à l’anthropocène qu’ils préfèrent appeler le captialocène.

Leur pratique interdisciplinaire intègre des collaborations avec des institutions et des organisations scientifiques, humanitaires, universitaires, activistes, artistiques et de développement dans le Nord et le Sud globaux ainsi qu’avec des organisations multilatérales, avec l’intention d’amener un changement, dans le monde politique et dans les récits culturels qui entourent le changement climatique, la migration, les droits de l’homme et le développement. Ils se concentrent principalement sur les pertes et préjudices (WIM), la justice climatique, l’adaptation au changement climatique, la résilience et le leadership politique des pays du Sud et ce que nous pouvons apprendre sur leur impact humanitaire, développemental et psychologique à travers l’expérience de ceux qui sont directement affectés.

En juin 2016, ils ont reçu la résidence de recherche en réseau Culture and Climate Change: Future Scenarios, d’une durée d’un an, qui est soutenue par la Jerwood Charitable Foundation, l’Université de Sheffield, l’Open University et l’Ashden Trust. Ils ont depuis collaboré avec un réseau de chercheurs, d’ONG, de décideurs et d’institutions, y compris, mais sans s’y limiter, l’ICCCAD, le HCR, le Tyndall Centre et les Jesuit Refugee Services.

En novembre 2019, ils ont reçu le prix COAL au Centre Pompidou et à la COP25 de Madrid, où ils ont présenté leur projet de film «Vous ne le savez pas, mais un jour vous pourriez aussi devenir un réfugié» lors de l’événement parallèle mandaté par l’ONU.

Leur travail a été exposé à l’international, les expositions les plus récentes incluent : Krakow PhotoMonth 2020, Noorderlich Festival of Photography: Taxed To The Max (2019), Ci.CLO Bienal Fotografia do Porto (2019), Kunst Haus Wien: Museum Hundertwasser (2019), Unseen, Amsterdam (2018), Fotofestiwal, Lodz (2018), Photomonth, Cracovie (2016), Festival Fotograf, Prague (2014). Ils ont présenté et donné des conférences lors d’intuitions et d’événements tels que : COP25 Madrid, The Financial Times Weekend, Wilderness Festival, The Royal Geographical Society, IDOC’s 2018 et 2020. Ils ont présenté des conférences telles que la conférence Anthropocenes 2020 (PL), The Anticipation Conference (2018) et COP 25 à Madrid (2019).

PROJET

Pendant la période de résidence, nous travaillerons à notre projet de film You Never Know, One Day You Too May Become A Refugee qui a jusqu’à présent été développé en collaboration avec « Displacement Uncertain Journeys » (DUJ) et « Platform On Disaster Displacement » (PDD). Le film suivra deux récits : 1. L’histoire d’une famille blanche de la classe moyenne du Nord global (Royaume-Uni) qui est déplacée puis généreusement accueillie par une nation du Sud en 2050. Et 2. La négociation des financements au sein du Mécanisme de Varsovie sur les pertes et dommages (WIM) de l’Accord de Paris et de Glasgow en 2021. Pendant leur séjour à Genève, ils ont l’intention de collaborer avec des experts d’organisations qui travaillent sur le changement climatique et le déplacement, telles que le HCR et l’OIM. Ces rencontres vont nourrir les deux récits de films en interviewant et en organisant des ateliers avec ses membres et groupes consultatifs. Ils ont également l’intention de filmer la section négociation du film.

Le film You Never Know, One Day You Too May Become A Refugee vise à mettre en évidence comment les nations les plus vulnérables au changement climatique sont en train de devenir les leaders dans le développement, l’introduction et la négociation de politiques migratoires progressives et de droits constitutionnels et comment les pays dit développés bloquent ces propositions. Pendant le développement du film, leur recherche se concentrera sur la générosité de pays comme l’Ouganda, dont la politique libérale en matière de réfugiés a permis d’accueillir plus de 1,3 million de réfugiés bien qu’il soit considéré comme il fait parti des « pays les moins avancés » (PMA).

Le film est destiné à être projeté lors des négociations de la COP26 à Glasgow en novembre 2021 lors d’un événement parallèle officiel qui passe en revue le groupe de travail mandaté par l’ONU sur les déplacements.


Année de résidence