Embassy of Foreign Artists     

Aziz Hazara

*1992 à Wardak, Afghanistan, vit et travaille à Kaboul
Période de résidence : tba
Artiste

En collaboration avec Pro Helvetia New Delhi

Je m’intéresse aux questions d’identité, de mémoire, de conflit et de migration dans le contexte de la relation de pouvoir, de la géopolitique, du panoptisme et en particulier à la manière dont ces quatre éléments déterminent la condition humaine. Comment le corps en tant que site se développe en un paysage de couches perdues / oubliées / dispersées traitant davantage les préoccupations du corps et le sens du déplacement, interrogeant et investiguant la physicalité de la mémoire et le flux dans lequel elle jette le corps. Je vois le corps et l’objet avec des multiplicités complexes et des dimensions qui s’intègrent dans le cadre de ma production artistique, que ce soit sous la forme de performances, de photographies, d’installations ou d’œuvres multimédia.

Ma pratique utilise en partie la caméra, les documents, les reportages télévisés, les vidéos et les objets comme des métaphores pour explorer l’idée de la mémoire en tant que langage structuré comme la poétique du sous-conscient se venge contre elle. Certains de mes travaux impliquent la nostalgie et la pratique de documenter la poétique du subconscient pour développer une fiction qui serait formée par la reconstruction des débris et des résidus.

Pendant mon séjour à EoFA je m’intéresse à explorer les questions du corps avec des dualités de fragilité et de persistance, de transitoire, de permanence, de trace et de présence, tout en réfléchissant sur le corps comme évidence d’une existence, en travaillant avec l’idée d’identité, de mémoire, de conflit et de migration.

Ma recherche portera sur les individus et les familles de migrants en tant que raconteurs des événements de leur voyage migratoire en mettant l’accent sur la présence, le rôle et la perception des migrants en Suisse. Examiner les relations des migrants avec le corps comme paysage / paysage visuel, les objets, la mémoire collective du tissu politique social et comment cela change avec l’idée de la migration.

Ses œuvres ont été montrées lors de diverses expositions nationales et internationales telles que Power Nap au Musée d’Art Moderne d’Erevan, Erevan, Arménie (2018), World Next Door à l’association internationale des artistes KHOJ, New Delhi, Inde. Nimroze à la galerie Mohsen, Téhéran, Iran. Implosion urbaine à l’Asia Culture Centre (ACC), Kwangju, Corée du Sud. Processus, exposition d’art des nouveaux médias au centre d’art NIV, New Delhi, Inde (2017). Le Sovereign Asian Art Prize chez Christie’s, Hong Kong (2016). Calligraphique à la galerie d’art Chawkandi, Karachi Pakistan (2015). Projet de recherche sur l’Afghanistan au musée Van Abbe, Eindhoven, Pays-Bas (2013). Voir des études / traduction comme pratique artistique dOCUMENTA (13) au National Gallery, Kaboul, Afghanistan (2012).

Hazara était artiste en résidence à l’Association internationale des artistes KHOJ à New Delhi en Inde, chercheur à l’Institut national Madanjeet Singh de l’UNESCO (UMISAA) à l’Université nationale de Beaconhouse (BNU) à Lahore au Pakistan et récipiendaire de la bourse Hans Joerg Wyss pour étudier Master of Arts in Public Spheres (MAPS) à l’Ecole Cantonale d’Art du Valais (ECAV), Sierre, Suisse.


Année de résidence :