Embassy of Foreign Artists     

Joshua Chiundiza

* 1984 à Harare (Zimbabwe), vit et travaille à Harare ( Zimbabwe)

Période de résidence: avril à juin 2020

En collaboration avec Pro Helvetia Johannesburg

Joshua Chiundiza est un artiste audiovisuel, MC et DJ et travaille depuis son studio d’enregistrement Husikisiki basé à Harare. Son travail de Joshua explore les aspects sonores, visuels, spirituels et sociaux de son héritage Chewa, Shona et Nguni et se décline sous forme d’enregistrements sonores et musicaux, de performances, d’art vidéo et d’installations. Il est co-fondateur de The Monkey Nuts, un collectif d’art expérimental également établi à Harare. En tant que musicien, Joshua s’est produit aux côtés d’artistes de renom tels que, De La Soul, Georgia Anne Muldrow, Akala et The Avener. Il a coproduit l’album expérimental Boombap Idiophonics de The Monkey Nuts, sorti sur le célèbre label indépendant britannique BBE Records (2014), et produit en collaboration avec le légendaire producteur underground marseillais, DJ et concepteur sonore DJ Oil. En 2018, il effectue une résidence à la Fak’ugesi African Digital Innovation Residency à Johannesburg où il conçoit une installation d’art sonore et de performance intitulée Bones and Dual Tones, exposée dans le cadre du projet Point of Order de la Wits University. Cette œuvre a ensuite été sélectionnée pour faire partie des  Digital Imaginaries : Africas in Production au ZKM Center of Art and Media à Karlsruhe, Allemagne (2018/2019).

Statement

La déférence et le respect que l’on doit aux aînés est une pratique courante sur tout le continent africain. Elle est considérée comme une valeur fondamentale et est enseignée dès le plus jeune âge. Dans la culture zimbabwéenne Shona, une femme ou un homme âgé peuvent être appelés Amai (mère) ou Baba (père), même sans lien familial. Cette pratique force et, bien souvent, exige le respect et se manifeste dans de nombreux domaines, en particulier dans ceux où des hommes occupent une position d’autorité ou de pouvoir. De nombreux politiciens en ont tiré parti, comme c’est le cas pour Robert Mugabe*, qui a dû être destitué par la force. Même à cette occasion le protocole accompagnant sa démission forcée était emprunt de respect et de dignité, comme pour souligner et rappeler son statut de Père de la Nation. La relation père – enfant qui caractérisait le rapport entre Robert Mugabe (père) et le Zimbabwe (enfant) a entraîne, de par sa posture patriarcale, l’infantilisation d’une nation. C’est ce rapport de pouvoir que je cherche à explorer et à examiner durant ma résidence au sein d’Embassy of foreign artists.

*Robert Mugabe fut président de la République du  Zimbabwe de 1987 à 2017.


Année de résidence :