Embassy of Foreign Artists     

Abdessamad El Montassir

* 1989 à Boujdour (Maroc), vit et travaille entre Rabat et Boujdour (Maroc)

Période de résidence: avril à juin 2020

En collaboration avec Pro Helvetia Caire

Abdessamad El Montassir est chercheur associé à l’IMéRA – Institut d’Etudes Avancées à Marseille, France.

Ses recherches sont axées sur une trilogie que l’artiste forge depuis 2015 : le droit à l’oubli, les récits fictionnels et viscéraux, et le trauma d’anticipation.

Il est diplômé de l’Institut National des Beaux-Arts de Tétouan, ainsi que du master Enseignement artistique et éducation esthétique de l’École Normale Supérieure de Meknès.

Abdessamad El Montassir a participé à plusieurs expositions nationales et internationales, parmi lesquelles Invisible curatée par Alya Sebti pour la 13ème biennale de l’Art africain contemporain de Dakar et pour l’ifa-Galerie à Berlin, De liens et d’exils à La Villa Empain – Fondation Boghossian à Bruxelles, Al Amakine dans le cadre des 11ème Rencontres de Bamako, Saout Africa(s) dans le cadre de la documenta 14 à SAVVY Contemporary à Berlin, et Attokoussy à Hinterland à Vienne and au Cube – independent art room à Rabat.

Abdessamad El Montassir a également pris part à plusieurs résidences artistiques : Programme Art, Science et Société à l’IMéRA à Marseille, La Cité Internationale des Arts à Paris, le summer’s lab au Cube – independent art room à Rabat, La Résidence Méditerranée à La Friche La Belle de Mai de Marseille.

Partie intégrante de ses recherches, Abdessamad El Montassir intervient régulièrement dans des conférences ou pour des institutions telles que l’ICI Institute for Cultural Inquiry à Berlin, ifa-Galerie Berlin, IMéRA – instituts d’études avancées à Marseille, Le Cube – independent art room à Rabat ou encore le Goethe-Institut.

Statement

Les recherches d’Abdessamad El Montassir sont axées sur une trilogie que l’artiste forge depuis 2015 : le droit à l’oubli, les récits fictionnels et viscéraux, et le trauma d’anticipation. Sa démarche artistique prend forme dans des processus réflexifs qui invitent à repenser l’Histoire et les cartographies à travers les récits collectifs ou fictionnels et les archives non matérielles. Dans un même temps, ses projets questionnent les traumatismes et leurs influences sur les individus, leurs comportements et leurs évolutions socio-politiques, et déploient des processus où ces traumatismes servent à l’historisation.

Les projets d’Abdessamad El Montassir prennent en considérations les savoirs des identités qui ne sont pas humaines – les plantes et les récits viscéraux – afin de faire émerger des manières renouvelée de penser nos environnements.

Dans l’ensemble de son travail et de ses recherches, l’artiste ouvre ainsi des espaces de négociation convoquant les micro-histoires et les mémoires amnésiques, rendues invisibles par l’Histoire Officielle, et vise à explorer leur place et leurs enjeux dans les espaces politiques et citoyens de nos sociétés contemporaines.

Engagé dans une pratique interdisciplinaire, Abdessamad El Montassir tend à mettre en valeur des visions plurielles au travers de collaborations et de rencontres avec des historiens, scientifiques, militants et citoyens- témoins.

 


Année de résidence :